Venez tester mes recettes!!!

Dans la cadre d'un collectif de "Recipe developers"(c'est plus hype que "développeuses de recettes", mais ça veut dire la même choses, en gros essayer de bidouiller des ingrédients ensemble pour découvrir de nouvelles saveurs), j'ai été chargée ce mois-ci du thème : les plats uniques. Ça tombe bien, j'aime beaucoup l'idée.

Mais comme ça m'ennuie de tester ça toute seule, je vous propose, lorsque la recette sera "un peu" au point quand même, de  venir partager un déjeuner avec moi, chez moi, pour goûter ce que j'aurai fait de mieux. Attention, je ne suis pas une créatrice révolutionnaire, ne vous attendez pas à une "expérience sensorielle" de type "Noma" ou à un émouvant moment de haute gastronomie. Mais plutôt à un déjeuner de copines tendance végétarien, un peu soupe du terroir, un peu recette ayurvédique (cuisine qui m'intéresse de plus en plus), un peu ce dont j'aurai envie à ce moment là, avec quand même, un VRAI dessert.

Je vous propose donc un petit moment suspendu dans vos activités, devant un feu de bois, le samedi 28 octobre à 12 H 30.

Participation : 25€.

Les inscriptions sont limitées à six personnes. 
J'habite dans un petit village de l'Essonne, à 35 m au sud de Paris.

Renseignements et inscriptions ici.

Et dans la foulée, je vous raconte ce que j'ai fait dimanche, alors que mon frigo affichait un vide sidéral. Je n'avais même plus de riz, juste du riz gluant que j'avais fait la veille et dont je ne savais que faire, tellement il était collant. J'ai donc confectionné sans y croire des croquettes, en y ajoutant des oignons revenus dans de l'huile de coco, du curry, un reste de blettes (cuites), et un peu de citronnelle hachée, que j'ai passées dans un mélange de graines, et tout ça revenu encore dans l'huile de coco.

Et voilà! pas peu fière d'avoir choisi l'option "j'utilise les restes" plutôt que de jeter cette pauvre boule de riz gluant à qui j'ai redonné vie et dignité.





Franchement pas mauvais. Et vous? avez-vous recyclé des fonds de frigo ces jours-ci?


J'arrête là pour ce soir, j'espère vous voir pour le déjeuner du 28!!!!

Les recettes que je propose sont bio autant que possible, essentiellement végétariennes, mais je peux ajouter du poisson. Merci de me signaler les régimes particuliers au moment votre l'inscription.


Je vous embrasse.



Posté le 12 octobre 2017 sur "Ma petite cuisine"



Soupe d'épeautre, Wabi-Sabi et Henri Bosco

Voici donc, comme promis sur IG, la recette de la soupe d'épeautre concoctée par ma soeur Sophie, qui vit en Provence, cuisinière hors-pair, spécialiste du faire-avec-ce-qu'elle a-dans-son-frigo, médaille d'or dans l'art d'utiliser les restes, y compris ceux que j'aurais jetés depuis belle lurette.

J'ignore si cette recette est spécifiquement provençale, je sais juste que le petit épeautre est cultivé dans les Alpes de Haute-Provence, le Drôme, le Vaucluse et bénéficie d'une IGP (identification géographique protégée). Je ne sais pas ce que ça veut dire, mais ça sonne sérieux.

Il faut donc des oignons, des carottes, des blettes (on avait des blettes donc on a mis des blettes), des tomates, des haricots verts, des blancs, et tout ce que vous voulez comme légumes, de l'ail et bien sûr de l'épeautre :
  

Et aussi, (là je prends des risques sachant que beaucoup d'entre vous sont végétariennes, s'il vous plait, ne frappez pas!!!), on peut ajouter de l'agneau, du collier si on veut juste donner du goût ou une souris d'agneau, ce qui est meilleur. Je dois avouer que ça donne un moelleux incomparable.

Hâchez les oignons, faites-les revenir dans de l'huile d'olive,



Faites la même chose avec tous les légumes et avec la viande, s'il y en a : 




On ajoute de l'eau (froide) et du bouillon de légumes bio pour donner du goût, les haricots blancs frais (sinon, il faut les faire tremper avant), et bien sûr l'épeautre.

Et on laisse cuire. Longtemps. Conseil de Sophie : laisser cuire, puis laisser reposer, puis cuire à nouveau, renouveler l'opération plusieurs fois. Le moelleux pénètre dans tous les ingrédients . J'ai essayé, ça change vraiment. Et puis c'est plus économique. Il faut du temps, alors prenez le temps!!!



 
Et voilà!!! 
On mange, on réchauffe, on recommence et à la fin, (surtout s'il y a de la viande), on finit ça en salade tiède.

Rien à voir, moins terrestre et sans transition : 

Un autre jour - toujours en Provence- en me promenant, je suis tombée sur une maison  abandonnée. 

j'ai toujours ce fantasme de réaliser quelque chose  dans l'esthétique du vieillissement, voire d'une certaine forme de décrépitude chic, dans l'esprit du courant Wabi-Sabi.




Seulement voilà, ça ne marche pas. Le triste, la rouille, la décrépitude, ça me met mal à l'aise. Simplement parce que -pour moi en tout cas- c'est de la copie. La mode du Wabi-sabi en a expurgé la profondeur et le fondement philosophique et spirituel. Et j'ai beau accumuler dans un dossier "Projets", des photos de bols ébréchés, de vieilles portes rouillées ou de branches en phase de pourrissement, je me sens complètement à côté de la plaque, un peu ridicule et beaucoup dans l'imposture, bobo survolant à coup d'images "tendances" une philosophie qui précisément nous dit de nous éloigner du diktat des modes et de cultiver une certaine forme de détachement. Je sens bien qu'il y a là pourtant, très au-delà des images de magazines ("le Wabi-sabi cartonne", j'ai lu ça un jour), quelque chose qui nous touche très profondément, de l'ordre de la vie qui passe et de l'impermanence,  qui s'adresse plus à la sensibilité qu'à la raison, qu'il se dégage de cette austérité et de ces imperfections une forme de pureté, de transcendance,  dont on voudrait saisir l'essence pour avoir accès à "autre chose",  à un "tout" plus vaste, à l'essentiel, à l'invisible.

Et cela m'a évoqué ce texte d'Henri Bosco qui parle en fait de poésie mais rejoint ces aspirations, et que je trouve magnifique  : 

"(...) C'est la quête des secrets. Or, que nous laissent supposer ces secrets multiples, sinon que tout se tient, que tout voit, que tout communique, que tout a un sens, et qu'on erre à ne pas croire en cette unité de la vie; bien plus que vie et mort sont deux branches d'un même tronc, et que finalement tout aboutit à l'unité de l'être, qui lui-même, fondu dans le non-être, est mystérieusement contenu par Dieu. Tout mythe poétique est un mythe religieux. Chercher à travers ces secrets, découvrir les communications invisibles au commun c'est aller vers ce que j'appelle le Paradis terrestre."

Lettre à Jean Steinmann, 1948 

Sur ces réflexions, je vous embrasse et je vous souhaite un très beau week-end!!!!

The end

 
Posté le 7 octobre 2017 sur "Ailleurs"


Atelier Halloween chic



J'ai longtemps détesté Halloween et son cortège de sorcières édentées, et puis je trouvais que ça n'avait pas beaucoup de sens de voir débarquer cette célébration "chez nous". Mais après avoir vu tant d'images sublimes sur Pinterest (la plupart anglo-saxonnes il est vrai), mon goût des " belles choses" m'a fait totalement changer de regard sur la fête de la citrouille.

 Je suis donc très heureuse, après l'atelier avec Isabelle Leloup samedi dernier, de vous proposer un nouvel atelier DIY sur le thème de Halloween.
  Mais attention, pas de monstres donc, pas non plus d'araignées menaçantes ou même de petits fantômes débonnaires, mais plutôt une version conte de fées de Halloween, du précieux, du brut aussi, des citrouilles aux tons pastels, des petites couronnes d'automne, des décors de table aux tons délicats.

 Merci encore à Béatrice (@beatricehurst) pour ses cadeaux si délicatement choisis.






Avec, pourquoi pas aussi, des couleurs plus inattendues, d'autres pistes que vous pourrez explorer avec nous  pour sortir un peu des sentiers battus : 




(Images Pinterest)

C'est Anne Ventura qui animera la partie DIY. J'ai présenté Anne dans un post précédent, celui des ateliers en partenariat avec Marie-Claire Idées. Mais pour "celles et ceux" qui l'aurait raté, Anne est une de mes créatrices préférées, je travaille avec elle pour Marie-Claire Idées depuis des années. 

Après être passée par la Fémis (section décors de cinéma), Anne travaille pour -à peu près- tous les domaines de la création. Scénographe, styliste, directrice artistique, elle aborde avec le même enthousiasme le travail du bois, du fil de fer, de l'organdi ou les créations culinaires. Elle ne dit jamais non à rien, elle cherche... et elle trouve. Elle est douce et poétique, ses créations le sont aussi. Elle m'inspire depuis des années. Je suis sûre qu'un atelier avec elle vous apportera beaucoup d'idées, d'inspiration. Elle partage tout avec beaucoup de générosité et une journée avec elle ouvre les portes de nouveaux horizons en terme de créativité.

L'atelier commencera à 14H, avec une partie DIY d'environ deux heures, puis nous partagerons un goûter de Halloween, en tout cas d'automne. Si le temps le permet encore, nous irons installer la table dans le parc, comme ces pique-niques d'automne que l'on voit sur Pinterest et qui me font régulièrement rêver.



Je vous propose deux dates pour cet atelier (les contenus seront identiques) : 
Le vendredi 20 et le samedi 21 octobre 2017

Tarif de l'atelier : 150 €

L'atelier aura lieu chez moi au Château de Cheptainville à partir de 14H et se terminera vers 18H.

Renseignements et inscriptions sur mon blog, rubrique "si vous voulez m'écrire".


Anne et moi travaillons souvent en nous inspirant de divers tableaux Pinterest (attention, je précise "inspiration", pas "copie"!!!), et je vous ai concocté un petit digest de nos points de départ.

D'ailleurs, j'ai décidé que tous les mois (disons que "j'essaierai" de me tenir au rythme de tous les mois), je vous préparerai ici un "mood board" avec des images qui m'inspirent pour mon travail et qui pourront peut-être vous aider dans vos décors.  Je reviens de plus en plus à Pinterest dont la qualité exceptionnelle des images est souvent supérieure à celle d'Instagram.

Voici donc un petit aperçu de celui que celui que j'ai préparé pour cet atelier de Halloween : 





(Images Pinterest)

J'espère donc vous retrouver très vite pour cet atelier d'automne et je vous embrasse.

Posté le 29 septembre 2017 sur "Ateliers"

Atelier Marie-Claire Idées et gâteaux

Samedi dernier a eu lieu chez moi l'atelier en partenariat avec Marie-Claire Idées. 
Le temps était miraculeusement parfait après des trombes d'eau, donc nous avons pu être dehors.


Photo Julie Hue


Atelier DIY sur le thème un thème végétal, qu'Isabelle (Leloup) avait imaginé avec des créations de papier blanc et d'organdi (pas de photos autorisées pour l'instant!!), que Jean-Baptiste Pellerin a photographié avec sa bonne humeur et son humour habituels.




Je passe mon temps à dire combien j'ai adoré ces moments qui me semblent être plus que des ateliers, mais plutôt des moments de partage, de douceur, où personne ne se sent jugé ("on a le droit de se tromper", est un des crédos d'Isabelle. Et un des miens aussi).  
Isabelle, Jean-Baptiste et moi travaillons depuis plus de quinze ans ensemble, sans aucun stress,  et je crois que les participantes ont  aussi apprécié ce moment là.

Jolie ambiance, atmosphère détendue et bienveillante, et puis (j'espère) bon goûter...


J'en profite pour donner la recette de cake marbré/crumble, que vous avez été plusieurs à me demander, que j'ai posté deux fois sur IG, réalisé à peu près cinq fois, bidouillé, transformé, pour arriver à ce résultat final qui peut encore évoluer : 





Pour le crumble : 

100 gr de farine
60 gr de sucre
60 gr de beurre froid coupé en morceaux
60 gr de noisettes, hachées grossièrement (ça, j'ai zappé, mais ça peut-être intéressant)
60 gr de pépites de chocolat (je n'achète jamais de pépites, je leur trouve l'air rances, je hache au couteau du chocolat en plaque). Et puis la pépite doit être grosse et généreuse.

Pour le cake :

4 oeufs
Leur poids en : 

... Farine

... sucre 
(je mets un mélange de sucre blond bio - j'ai banni définitivement le sucre raffiné- et de sucre Rapadura car j'adore son goût de réglisse, et la consistance un peu "collante" qu'il donne aux gâteaux, due au fait qu'il n'a subi aucune transformation ni raffinage.



... Beurre 
(c'est à vous de voir, moi je trouve que ça n'est jamais suffisant. C'est pourquoi je ne parle jamais de 4/4, je rajoute toujours du beurre. Un peu au pif, ici, genre 50 gr).

5cl de lait

Chocolat
La recette originale dit : 25 gr de poudre de cacao, mais alors là, je suis résolument contre. Je trouve ça sec. Alors j'ai fait fondre une plaque de chocolat noir (ou alors moitié chocolat noir, moitié chocolat au caramel de Nestlé dessert, mélange dont je ne me lasse pas). Ça donne des différences de consistances au gâteau, moitié moelleux /moitié croquant que j'adore.

2 c à c de levure, que je ne mets pas car j'utilise de la farine avec levure incorporée.


Préchauffez le four à 170°

Beurrez un moule à cake et tapissez-le de papier sulfurisé.

Préparez le crumble :

Dans un robot, (ou à la main) mélangez la farine, le beurre, le sucre pour obtenir une pâte sableuse. Ajoutez les noisettes et les pépites, gardez au frais.

Préparez le cake : 

Faites fondre le chocolat.


Dans un robot (avec batteur plat), mélangez le beurre et le sucre pour obtenir une pâte mousseuse, environ 5mn.
Ajoutez les oeufs et battez ensemble jusqu'à obtenir un mélange homogène. (Là, je suis passée au batteur à main, le résultat m'a semblé plus compact).

Dans un saladier, mélangez la farine et la levure si vous n'utilisez pas de farine à levure incorporée, ajoutez-les à la pâte, ainsi que le lait.
Mélangez-bien.

Versez la préparation dans le moule, puis par-dessus,  le chocolat fondu. Mélangez grossièrement les deux. (Ou alternez une couche de pâte, une couche de chocolat fondu, comme vous voulez).

Saupoudrez de crumble et faites cuire 1H05 environ.


Vous m'avez également demandé la recette des sablés au caramel/noix de pécan : 



(La recette des sablés "Diamants" est une recette de Lenôtre que je fais depuis à peu près 25 ans. Les pages de mon livres sont collées par les éclaboussures d'oeufs et de sucre. Je la bidouille aussi en rajoutant du caramel, ou des fruits, ou ce qui me passe par la tête)

Pour les sablés : 

250 gr de farine
1 grosse pincée de sel (je prends du gros sel)
190 gr de beurre
90 gr de sucre
Vanille (Une gousse dont vous enlevez les grains, ou - ce que j'ai fait- une bonne c à café de vanille liquide)

Environ 100 gr de casson (gros sucre) ou de sucre bio non raffiné.

1 jaune d'oeuf

Mélangez le beurre ferme, le sucre, la vanille (robot ou main). Ajoutez en une fois le sel et la farine pour obtenir une pâte lisse. Là, Monsieur Lenôtre précise "l'opération ne doit pas durer plus de 2 mn". Mais si vous arrivez à "une pâte lisse" en deux minutes, respect, prévenez-moi et expliquez-moi. 

Faites durcir au froid pendant 15 mn. Pour être franche, je zappe cette étape et passe directement à la suivante.
Débitez la pâte en deux ou trois boudins (suivant le diamètre des biscuits que vous voulez obtenir), et remettre au froid 15mn (ça je fais).

Badigeonnez les boudins au jaune d'oeuf et roulez-les dans le sucre.

Débiter les rouleaux en tranches de 1cm d'épaisseur. Le fait de faire des biscuits assez épais leur donne du moelleux. Posez-les sur du papier siliconé et faites-les cuire 13 mn environ. Tout est dans la cuisson, ils ne doivent pas être trop secs, sinon, ça fait Petit-beurres. Je les retire quand ils sont à peine blonds et encore mous.

Ensuite, soit vous faites un caramel au beurre salé, soit vous faites ce que j'ai fait, faute de temps, vous achetez un pot de caramel que vous faites chauffer (le caramel, pas le pot). Trempez une partie des biscuits dedans et collez des noix de pécan sur le caramel. Ou des noix, ou des pistaches, ce que vous voulez!!!
Comme je ne sais pas faire des biscuits jolis et réguliers, je fais résolument moche. C'est un style.

Voilà!!! Je vous embrasse, d'autres ateliers sont à venir très vite. (Pour un Halloween "chic", pour Noël, j'y reviens).

Posté le 27 septembre 2017 sur "Ateliers"










Tous les possibles

Je suis très heureuse de vous retrouver. J'espère que vous avez passé un bel été. J'ai suivi les parcours de certaines d'entre vous, très loin quelquefois, avec envie...

Je m'étais fait pour ma part un très ambitieux programme culturelo-méditativo-culinaire que j'ai - à ma grande stupéfaction - presque- suivi à la lettre. Je suis spécialiste des engagements à géométrie variable, que je modifie en essayant de me tromper moi-même avec de pauvres subterfuges.

Par un étrange hasard, auquel je ne crois pas,  toutes mes lectures de cet été ont eu à voir avec un thème : les "possibles", l'ouverture au monde.

Lu :

"Une seconde vie", de François Jullien -philosophe, helléniste et sinologue- "L'un des penseurs les plus traduits dans le monde", dixit la quatrième de couve, et qu'à ma grande honte, je ne connaissais pas. C'est en lisant une interview de lui dans "Le Monde", qui a consacré cet été six articles sur le thème "Refaire sa vie" que je l'ai découvert. 
C'était d'une telle intelligence et d'un telle clarté que j'ai eu envie d'acheter son livre.

Cette idée de seconde vie me touche aujourd'hui, évidemment à cause du temps qui passe, à cause aussi des préjugés et des lieux communs qui s'y attachent et qui m'ont toujours exaspérée.   J'ai toujours été très agacée par certaines formules comme "refaire sa vie", ou "je l'aime comme au premier jour" ou par les gens qui disent "j'ai beau avoir 60 ans, j'ai toujours vingt ans dans ma tête" - même si j'en comprends évidemment le sens sous-jacent - je me demande comment ils peuvent revendiquer cet arrêt sur image, le fait que la vie a pu glisser sur eux pour les laisser, tel Peter Pan, indemnes de toute traces, infantiles plutôt qu'enfants, se vantant finalement de ne rien avoir appris. Toutes ces formules qui dénient au passé son existence même et sa richesse.  Fantasmes d'un recommencement ex nihilo, d'une aube nouvelle d'où le passé serait miraculeusement absent, qui fait dire au Narrateur (d'"À l'ombre des jeunes filles en fleurs"), "qu'à partir du 1er janvier, c'est une amitié neuve que nous allons bâtir".

François Jullien :

"Il n'y a pas de nouvelle vie, seulement une possibilité qui se promeut, à notre insu, très discrètement, et qui permet l'apparition d'initiatives.  Ce n'est pas de l'ordre de la rupture, mais de la transition. Il faut cesser d'employer le terme consolant et pseudo-héroïque de "nouvelle vie", qui suggère l'existence d'une rupture brutale. La vie ne rompt pas soudainement avec elle-même, c'est un dégagement progressif. Et c'est justement ce qui m'intéresse : étudier ce décalage imperceptible qui ouvre d'autres possibles".

Je vous recommande cette magnifique interview ("Le Monde" du dimanche 13 /lundi 14 août) , car on sort de cette lecture un peu plus intelligents (c'est le propre des gens intelligents de  permettre ce sentiment très agréable), vivifié par l'idée que s'ouvre, à un âge fragile où la mélancolie guette,  un monde de possibilités et de créations.

 L'honnêteté m'oblige à dire que le livre - à l'exception des deux premiers chapitres-  m'a semblé un peu abscons, un peu ambitieux pour mes capacités philosophiques limitées, mais peut être que ces deux premiers chapitres valent en eux-mêmes l'achat du livre.



Deuxième extrait que je vous livre, une brillantissime et émouvante déclaration de Leonard Cohen, tirée d'un article de ce même numéro du "Monde" ("Exégèse des prières du "perdant magnifique") et qui, par certains côtés (celui de l'évocation des "possibles") rejoint ma première lecture : 

Au plus chaud de la guerre froide, il y explique que plus que le conflit Est-Ouest, ce qui lui importe c'est "La guerre entre ceux qui conçoivent l'existence comme un arc-en-ciel changeant, et ceux qui la voient d'un gris monotone : entre ceux qui sont disposés à accepter l'infini des possibilités, des souffrances, des ravissements, des mystères et des destinées propres à la condition humaine, et ceux qui, face à chaque question humaine, disposent d'un  jeu de réponses figées, de l'héritage immuable d'un père, d'un dieu ou d'une révolution".

Comme disait un de mes amis en rigolant, face à un texte de Kierkegaard, "je n'aurais pas mieux dit".

Enfin, relu un de mes livres de chevet "Lettres à un jeune poète" , R.M. Rilke est un de mes écrivains préférés.

"Ce n'est pas seulement à la paresse que les rapports d'hommes à hommes doivent d'être indiciblement monotones, de se reproduire sans nouveautés : c'est à l'appréhension par l'homme d'un nouveau dont il ne peut prévoir l'issue et qu'il ne se sent pas de taille à affronter. Celui-là seulement qui s'attend à tout, qui n'exclut rien, pas même l'énigme, vivra les rapports d'hommes à hommes comme de la vie, et en même temps ira au bout de sa propre vie. Si nous nous représentons la vie de l'individu comme une pièce plus ou moins grande, il devient clair que presque tous n'apprennent à connaitre qu'un coin de cette pièce, cette place devant la fenêtre, ce rayon dans lequel ils se meuvent et où ils trouvent une certaine sécurité. Combien plus humaine est cette insécurité, pleine de danger, qui poussent les prisonniers, dans les histoires de Poe à explorer de leurs doigts leur cachot terrifiant, à tout connaitre des frayeurs indicibles qui en viennent."

Et puis je me suis replongée dans "Madame Bovary" que j'avais lu sans doute trop jeune et qui m'avait ennuyée. Je l'ai lu d'une traite, j'ai été subjuguée, et tant de choses ont été dite sur ce roman que je ne vais pas me ridiculiser en ajoutant mon opinion.

Et comme un contrepoint négatif à toutes ces magnifiques citations qui nous ouvrent au monde, je retiens cet extrait tragi/comique  où tout est dit - du destin si tôt tracé,  de la vie qui se referme sur elle-même - et surtout si cruel pour le malheureux Charles Bovary, qui, baignant dans une félicité conjugale fraîchement découverte, impose chaque soir le récit de ses journées à sa femme, déjà pétrifiée d'ennui : 

"Il disait les uns après les autres tous les gens qu'il avait rencontrés, les villages où il avait été, les ordonnances qu'il avait écrites, et, satisfait de lui-même, il mangeait le reste du boeuf mironton, épluchait son fromage, croquait une pomme, vidait sa carafe, puis s'allait mettre au lit, se couchait sur le dos et ronflait."

Enfin, nettement plus terrestre, sublimement terrestre, je me suis déléctée du livre de Ella Mills "Deliciously Ella au quotidien" (Marabout)  dont j'ai déjà parlé sur IG. Il est bourré d'idées, même si (je me répète), le sous-titre du livre "Parce que manger healthy doit vous simplifier la vie", est un peu vite dit. Ses recettes demandent beaucoup de temps, d'investissements, même financiers, mais elle a le mérite de proposer des produits qui nous changent de nos achats habituels. Comme souvent, il faut prendre ce que l'on a envie d'y prendre, mais il  permet vraiment de sortir de ses routines culinaires.





Voilà , c'est terminé! Je vous souhaite une très bonne rentrée et je vous embrasse. 


 

Ateliers DIY/ Marie-Claire Idées


Après l'atelier pour Victoria Magazine...










 Photos Laure Mestre


Photos Édouard Sicot

Et avant de vous souhaiter une dernière fois un  bel été, je suis très heureuse de vous proposer deux nouvelles dates pour des ateliers d'un genre nouveau, puisque je les réaliserai en partenariat avec Marie-Claire Idées qui les relaiera dans ses pages.

Et aussi parce que j'ai décidé de m'associer avec deux créatrices dont j'adore et j'admire le travail et la personnalité depuis quinze ans et de leur demander de préparer ces atelier consacrés au DIY : Isabelle Leloup et Anne Ventura.

Elles vous permettront de réaliser des créations qu'elles auront imaginées, sur le thème "Recevoir", les fleurs ou l'art de la table, ou encore pour votre maison. Ce sont deux personnes immensément talentueuses, douces et bienveillantes, qui vous aideront dans votre créativité, vous guideront dans la réalisation d'idées accessibles à toutes. 

Je sais que l'une et l'autre travailleront dans l'esprit que j'ai voulu donner à mes ateliers jusqu'ici : celui de vous permettre de vivre une parenthèse douce et joyeuse, harmonieuse et créative, un moment suspendu dans nos vies où l'on s'accorde trop peu de temps pour faire ce que nous aimons, pour nous offrir du temps, ne serait-ce que quelques heures...

Je connais et travaille avec Isabelle Leloup  depuis plus de dix ans, c'est mon amie, c'est peu dire que je l'aime et que je l'admire. Nous avons fait un livre ensemble, 




Photos Fabrice Besse - "Une déco simple et nature"

Et je lui ai consacré un chapitre du mien, dans la série "Piquer des idées aux autres"...



Photos JB Pellerin

C'est une créatrice exceptionnelle. Après avoir pendant des années réalisé les décors de l'Opéra de Paris, elle est aujourd'hui designer pour "Petit H" d'Hermès et organise pour eux des ateliers, un peu partout dans le monde. Celles qui sont allées voir l'exposition "Hermès hors les murs" l'ont peut-être croisée. Entre deux voyages en Corée ou au Japon, elle a accepté d'organiser un atelier pour moi- pour vous- et je ne suis pas peu fière. Je suis impatiente de voir ce qu'elle aura préparé- elle allie l'élégance, la légèreté, la poésie - j'aime TOUT ce qu'elle fait.

Photo JB Pellerin - Marie-Claire Idées

Photos Fabrice Besse - "Une déco simple et nature"




Photo JB Pellerin - Marie-Claire Idées

 Je travaille également avec Anne Ventura depuis plus de dix ans.
Après être passée par des études d'arts plastiques et par la Femis (section décors de cinéma) Anne est devenue une créatrice inspirée -et inspirante- qui touche à peu près à tous les domaines de la création : quand on lui demande ce qu'elle fait, elle répond modestement "je fais des choses".
Des choses qui l'amènent à être tour à tour scénographe, directrice artistique, créatrice pour des décors de toutes sortes, s'atteler à la fabrication de meubles comme de petites pièces délicates en papiers, à des créations culinaires comme à d'autres, en bois ou en organdi...

 Elle travaille également très régulièrement avec Marie-Claire Idées, à la fois comme créatrice et comme styliste.
Elle est incroyablement douce et à l'écoute, fine, et j'adore son travail et son regard sur le monde.


Photo Louis Gaillard - Marie-Claire Idées

J'aime toujours autant ce plaid en velours qu'elle a réalisé pour un sujet que j'ai fait il y a des années pour Marie-Claire Idées.  

 Photo JB Pellerin - Marie-Claire Idées

Et aussi cette nappe qu'elle a créée pour mon récent sujet "Anniversaire"dans le magazine.

 Photo Christophe Dugied - Marie-Claire Idées

Photo JB Pellerin - Marie-Claire Idées



Stylisme Camille Souleyrol - Marie-Claire Idées

Photo JB Pellerin - Stylisme Camille Souleyrol - Marie-Claire Idées

Les mêmes adjectifs pourraient s'appliquer à ces deux créatrices : sensibilité, créativité toujours renouvelée, poésie, délicatesse. Mais elles ont chacune leur style, c'est pourquoi j'ai choisi de demander à chacune d'animer un atelier.

Ces ateliers auront lieu chez moi "Au château", dans l'Essonne. Ils débuteront à 14h, la partie DIY durera deux heures environ, et sera suivi d'un mini cours/conseils de stylisme photo afin de vous permettre de photographier vos créations comme des pros!!!
Puis d'un thé dans le parc. Ils se termineront vers 18H. Vous repartirez avec vos créations, un cadeau, des gâteaux  - s'il en reste.
Ladurée sera de la partie, je connais votre passion pour les macarons.
Marie-Claire Idées réalisera un reportage sur ces deux ateliers, et c'est mon ami et complice Jean-Baptiste Pellerin qui se chargera des photos. 

Si vous ne souhaitez pas figurer sur les photos, vous pouvez bien entendu le préciser.

Atelier avec  Anne Ventura : 
Samedi 16 septembre 2017
Coût de l'atelier : 150 €

Atelier avec Isabelle Leloup
Samedi 23 septembre 2017
Coût de l'atelier  : 150€

Ces ateliers seront limités à 10/12 personnes.
Inscriptions ici, rubrique "Si vous voulez m'écrire" (en haut à droite.)

J'espère vous y rencontrer, vous y revoir.  Car comme disent les enfants : "On va bien s'amuser!!". Et je vous souhaite à nouveau de très belles vacances.

Je vous embrasse.



Posté le  30 juillet 2017 sur "Ateliers"